samedi 9 novembre 2013

Salaires des patrons


 

 

Salaires des patrons: l'effet pervers de la transparence

 Par Franck Dedieu - publié le 05/06/2013 à 17:18 « l’expansion »

La divulgation des salaires des grands chefs d'entreprises a des conséquences inattendues: les rémunérations des patrons ont eu tendance à grimper depuis qu'ils ont pu les comparer.



En 10 ans, la rémunération d'Henri de Castries, PDG d'Axa, a fait un bond de 129%.

REUTERS/Benoit Tessier

 

Ils devaient enfin se mettre à nu, exposer leurs bedonnants bonus, sortir du placard leurs retraites chapeaux, exposer leurs attrayantes stock-options. C'était le 15 mai 2001. La loi NRE (nouvelles régulations économiques) venait de passer, faisant obligation aux grands patrons de révéler toutes leurs rémunérations.

Finies, les cachotteries : les petits actionnaires et la presse allaient pouvoir pointer les abus et contraindre les principaux intéressés à plus de mesure. Aujourd'hui, douze ans plus tard, les excès font régulièrement l'actualité. Mais surtout, les rémunérations montent en flèche depuis le vote de la loi, malgré une légère décrue depuis deux ans.

Dix ans de clarté... et d'excès

Nom
Société
Rémunération perçue en 2002 (1)
Rémunération perçue en 2012 (1)
Variation
Henri de Castries
Axa
1 329 146 euros
3 049 761 euros
129 %
Benoît Potier (2)
Air liquide
1 296 000 euros
2 743 000 euros
112 %
Pierre Pringuet (2)(3)
Pernod-Ricard
1 412 140 euros
2 696 873 euros
91 %
Paul Hermelin (4)
Capgemini
1 218 350 euros
2 187 600 euros
80 %
Franck Riboud (2)
Danone
2 400 000 euros
3 658 170 euros
52 %
Gérard Mestrallet
GDF Suez
2 270 602 euros
3 088 977 euros
36 %
Bernard Arnault
LVMH
3 387 043 euros
3 519 516 euros
4 %
Baudouin Prot (5)
BNP Paribas
1 373 748 euros
1 418 681 euros
3 %
Martin Bouygues
Bouygues
2 432 999 euros
2 404 970 euros
- 1 %
Moyenne
1 531 127 euros
2 867 081 euros
87 %

(1) Salaire fixe et bonus, hors stock-options et actions gratuites. (2) Rémunération au titre de 2002 et de 2012. (3) Promu seul directeur général en 2008. (4) Nommé directeur général le 24 juillet 2002, rémunération en 2003. (5) Directeur général délégué en 2002.

Les neuf patrons du CAC 40 aux manettes depuis 2002 et toujours en poste ont vu leurs rémunérations (salaire fixe et bonus) s'apprécier de 87 % en moyenne, soit, hors inflation, une hausse de 68 %. Au cours de la décennie écoulée, trois d'entre eux parviennent même à doubler leurs émoluments : le président d'Axa, Henri de Castries, ses homologues d'Air liquide, Benoît Potier, et de Pernod-Ricard, Pierre Pringuet, promu grand patron en milieu de parcours. "Au-delà des montants stricto sensu, la transparence devait amener les rémunérations des patrons à se caler sur leurs performances.

68%

c'est la hausse hors inflation des rémunérations des neuf patrons du CAC 40 en poste entre 2002 et aujourd'hui.

Or les études notent plutôt une absence de corrélation entre les résultats et la paie", s'étonne Frédéric Palomino, chercheur à l'Edhec. En effet, dans ce petit échantillon de vieux patrons du CAC 40, les bons résultats ne se traduisent pas forcément en augmentation. Bernard Arnault, à la tête de LVMH, reste calé à 3,5 millions d'euros, mais son titre quintuple en Bourse, et son bénéfice flambe. A l'inverse, le patron de Capgemini, Paul Hermelin, se retrouve avec une rallonge de 80 % entre 2002 et 2012, alors que son cours de Bourse sur la période s'effondre de 62 %.

Une mécanique d'appréciation salariale

Comment expliquer les effets pervers et inflationnistes de la transparence ? "Par le jeu des comparaisons faites à partir de grilles très précises élaborées par des cabinets de consultants. Les patrons les plus performants veulent figurer dans le haut du panier et se rapprocher des standards américains. Les autres ne veulent pas figurer au-dessous de la rémunération moyenne de leurs pairs. Ce serait vécu comme un affront fait au dirigeant par le comité des rémunérations, l'organe du conseil d'administration chargé de proposer les fixes et les bonus", explique Pierre-Henri Leroy, patron de Proxinvest, cabinet de défense des actionnaires minoritaires. Cette mécanique d'appréciation salariale porte d'ailleurs le joli nom d'"échelle de perroquet", dont on gravit les barreaux au vu et au su de tous.

Salaires des patrons: l'effet pervers de la transparence Paychecks: the perverse effect of transparency

Par Franck Dedieu - publié le 05/06/2013 à 17:18 « l'expansion » By Franck Dedieu - posted on 05/06/2013 at 17:18 "expansion"

La divulgation des salaires des grands chefs d'entreprises a des conséquences inattendues: les rémunérations des patrons ont eu tendance à grimper depuis qu'ils ont pu les comparer. The disclosure of the salaries of top business leaders has unexpected consequences: the remuneration of bosses tended to rise since they were able to compare.


En 10 ans, la rémunération d'Henri de Castries, PDG d'Axa, a fait un bond de 129%. In 10 years, the remuneration of Henri de Castries, CEO of Axa, has jumped 129%.

REUTERS/Benoit Tessier REUTERS / Benoit Tessier

Ils devaient enfin se mettre à nu, exposer leurs bedonnants bonus, sortir du placard leurs retraites chapeaux , exposer leurs attrayantes stock-options. They finally had to bare, exposing their bonus paunchy, out of the closet their pensions hats , exposing their attractive stock options. C'était le 15 mai 2001. It was May 15, 2001. La loi NRE (nouvelles régulations économiques) venait de passer, faisant obligation aux grands patrons de révéler toutes leurs rémunérations. NRE (NRE) had passed, obliging the big bosses to reveal all their earnings.

Finies, les cachotteries : les petits actionnaires et la presse allaient pouvoir pointer les abus et contraindre les principaux intéressés à plus de mesure. Finished, the secrecy: the small shareholders and the press were able to point violation and constrain key stakeholders over measurement. Aujourd'hui, douze ans plus tard, les excès font régulièrement l'actualité . Today, twelve years later, the excesses are regularly news . Mais surtout, les rémunérations montent en flèche depuis le vote de la loi, malgré une légère décrue depuis deux ans. Most importantly, pay skyrocketing since the passing of the law, despite a slight decline in two years.

Dix ans de clarté... Ten years of clarity ... et d'excès and excess

Nom Name
Société Company
Rémunération perçue en 2002 (1) Received compensation in 2002 (1)
Rémunération perçue en 2012 (1) Received compensation in 2012 (1)
Variation Change
Henri de Castries Henri de Castries
Axa Axa
1 329 146 euros 1,329,146 euros
3 049 761 euros 3,049,761 euros
129 % 129%
Benoît Potier (2) Benoît Potier (2)
Air liquide Air Liquide
1 296 000 euros 1,296,000 euros
2 743 000 euros 2,743,000 euros
112 % 112%
Pierre Pringuet (2)(3) Pringuet (2) (3)
Pernod-Ricard Pernod-Ricard
1 412 140 euros 1,412,140 euros
2 696 873 euros 2,696,873 euros
91 % 91%
Paul Hermelin (4) Paul Hermelin (4)
Capgemini Capgemini
1 218 350 euros 1,218,350 euros
2 187 600 euros 2,187,600 euros
80 % 80%
Franck Riboud (2) Franck Riboud (2)
Danone Danone
2 400 000 euros 2 400 000 euros
3 658 170 euros 3,658,170 euros
52 % 52%
Gérard Mestrallet Mestrallet
GDF Suez GDF Suez
2 270 602 euros 2,270,602 euros
3 088 977 euros 3,088,977 euros
36 % 36%
Bernard Arnault Bernard Arnault
LVMH LVMH
3 387 043 euros 3,387,043 euros
3 519 516 euros 3,519,516 euros
4 % 4%
Baudouin Prot (5) Baudouin Prot (5)
BNP Paribas BNP Paribas
1 373 748 euros 1,373,748 euros
1 418 681 euros 1,418,681 euros
3 % 3%
Martin Bouygues Martin Bouygues
Bouygues Bouygues
2 432 999 euros 2,432,999 euros
2 404 970 euros 2,404,970 euros
- 1 % - 1%
Moyenne Average
1 531 127 euros 1,531,127 euros
2 867 081 euros 2,867,081 euros
87 % 87%

(1) Salaire fixe et bonus, hors stock-options et actions gratuites. (1) Fixed salary and bonus, excluding stock options and free shares. (2) Rémunération au titre de 2002 et de 2012. (2) Remuneration for 2002 and 2012. (3) Promu seul directeur général en 2008. (3) Promoted only CEO in 2008. (4) Nommé directeur général le 24 juillet 2002, rémunération en 2003. (4) Appointed Chief Executive Officer on 24 July 2002, earnings in 2003. (5) Directeur général délégué en 2002. (5) Chief Executive Officer in 2002.

Les neuf patrons du CAC 40 aux manettes depuis 2002 et toujours en poste ont vu leurs rémunérations (salaire fixe et bonus) s'apprécier de 87 % en moyenne, soit, hors inflation, une hausse de 68 %. The new owners of the CAC 40 in control since 2002 and still working have seen their remuneration (base salary and bonus) to appreciate by 87% on average, excluding inflation, an increase of 68%. Au cours de la décennie écoulée, trois d'entre eux parviennent même à doubler leurs émoluments : le président d'Axa, Henri de Castries, ses homologues d'Air liquide, Benoît Potier, et de Pernod-Ricard, Pierre Pringuet, promu grand patron en milieu de parcours. During the past decade, three of them even manage to double their salaries: President of Axa, Henri de Castries, its counterparts in Air Liquide, Benoît Potier, and Pernod-Ricard Pringuet promoted large boss midcourse. "Au-delà des montants stricto sensu, la transparence devait amener les rémunérations des patrons à se caler sur leurs performances. "Beyond amounts strictly speaking, transparency should get compensation patterns to stall on their performance.

68% 68%

c'est la hausse hors inflation des rémunérations des neuf patrons du CAC 40 en poste entre 2002 et aujourd'hui. is increased above inflation pay the new owners of the CAC 40 in position between 2002 and today.

Or les études notent plutôt une absence de corrélation entre les résultats et la paie", s'étonne Frédéric Palomino, chercheur à l'Edhec. En effet, dans ce petit échantillon de vieux patrons du CAC 40, les bons résultats ne se traduisent pas forcément en augmentation. Bernard Arnault, à la tête de LVMH, reste calé à 3,5 millions d'euros, mais son titre quintuple en Bourse, et son bénéfice flambe. A l'inverse, le patron de Capgemini, Paul Hermelin, se retrouve avec une rallonge de 80 % entre 2002 et 2012, alors que son cours de Bourse sur la période s'effondre de 62 %. Or rather, the studies noted a lack of correlation between the results and pay "is surprised Frédéric Palomino, a researcher at EDHEC. Indeed, in this small sample of old bosses CAC 40, good results do not translate necessarily increase. Bernard Arnault, head of LVMH, remains stalled at 3.5 million euros, but his title five times the stock market, and earnings flames. Conversely, the head of Capgemini, Paul Hermelin, is up with an extension of 80% between 2002 and 2012, while its share price over the period collapsed by 62%.

Une mécanique d'appréciation salariale Mechanical employee appreciation

Comment expliquer les effets pervers et inflationnistes de la transparence ? How to explain the adverse effects of inflation and transparency? "Par le jeu des comparaisons faites à partir de grilles très précises élaborées par des cabinets de consultants. Les patrons les plus performants veulent figurer dans le haut du panier et se rapprocher des standards américains. Les autres ne veulent pas figurer au-dessous de la rémunération moyenne de leurs pairs. Ce serait vécu comme un affront fait au dirigeant par le comité des rémunérations, l'organe du conseil d'administration chargé de proposer les fixes et les bonus", explique Pierre-Henri Leroy, patron de Proxinvest, cabinet de défense des actionnaires minoritaires. "In the game of comparisons made ​​from very precise grids developed by consulting firms.'s Most powerful bosses want to be in the top of the basket and get closer to American standards. Others do not want to appear below the average earnings of their peers. This is seen as an affront to the executive by the Remuneration Committee, the body of the Board of Directors to provide fixed and bonus, "said Pierre-Henri Leroy, head of Proxinvest firm defense of minority shareholders. Cette mécanique d'appréciation salariale porte d'ailleurs le joli nom d'"échelle de perroquet", dont on gravit les barreaux au vu et au su de tous. This mechanical employee appreciation goes also the beautiful name of "ladder scale", whose rungs we climb to the full knowledge of all.