vendredi 15 novembre 2013

CGT blocks a plant of Air Liquide

Thanks to the delegate for sending me this article
 

Thomas Poupeau | Publié le 9 nov. 2013, 07h00 « Le Parisien »

 

Bussy-Saint-Georges. Dans le cadre d’un mouvement national

La CGT bloque le site Air Liquide



 


















Bussy-Saint-Georges, hier. Une trentaine de salariés a manifesté afin de réclamer une politique d’avenir pour l’entreprise Cryopal, filiale d’Air Liquide. (LP/T.P.)


 « Personne ne rentre ! » Hier matin, le portail du site Cryopal, une filiale d’Air liquide basée à Bussy-Saint-Georges, était cadenassé. L’initiative d’une trentaine de salariés, qui ont, à l’appel de la CGT, décidé de bloquer l’entreprise toute la journée afin de dénoncer leurs conditions de travail et défendre leur emploi

« Il y a quelques années nous étions 110 salariés en CDI. Aujourd’hui, nous ne sommes que 88 » Le représentant des grévistes

 

« Parce que le carnet de commandes de l’entreprise est en baisse, on contraint une partie du personnel à une journée de chômage technique par semaine et ce pour les trois mois à venir, résume Alain Posé, secrétaire du comité d’entreprise. Or, l’Etat ne compense pas suffisamment la perte de salaire occasionnée par ce chômage technique forcé »

Revendication principale des mécontents : « Développer une véritable politique d’avenir pour le site, dans le but de revenir au plein-emploi » explique le représentant des grévistes  Qui ajoute : « Il y a quelques années, nous étions 110 salariés en CDI...Aujourd’hui notre emploi est menacé ! »Par ailleurs, l’union départementale de la CGT rappelle que « le bénéfice net du groupe s’est (…) établi à 752 M€ au premier semestre et que le groupe a provisionné 50 M€ pour des restructurations en Europe de l’ouest » Hier matin, une quinzaine d’employés, non concernés par ce chômage technique s’est présentée pour travailler…en vain, les grévistes les empêchant d’entrer dans l’entreprise.

De son côté, Gilles Vernet, le directeur du site de Bussy-Saint-Georges, rappelle qu’une « mise en activité partielle a été mise en place pour pallier aux baisses de commandes » et concerne notamment les « services commerciaux et de développement ».  Et de déplorer « un blocage regrettable pour l’activité du site »

Thomas Poupeau

 

Poupeau Thomas | Published November 9, 2013, 7:00 "Le Parisien"

Bussy-Saint-Georges. Bussy-Saint-Georges. Dans le cadre d'un mouvement national As part of a national movement

La CGT bloque le site Air Liquide CGT blocks the site Air Liquide



Bussy-Saint-Georges, hier.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bussy-Saint-Georges yesterday. Une trentaine de salariés a manifesté afin de réclamer une politique d'avenir pour l'entreprise Cryopal, filiale d'Air Liquide. (LP/TP) Thirty employees showed to claim a political future for the company Cryopal, a subsidiary of Air Liquide. (LP / TP)


« Personne ne rentre ! "Nobody back!
» Hier matin, le portail du site Cryopal, une filiale d'Air liquide basée à Bussy-Saint-Georges, était cadenassé. "Yesterday morning, the portal site Cryopal, a subsidiary of Air Liquide based in Bussy-Saint-Georges, was padlocked. L'initiative d'une trentaine de salariés, qui ont, à l'appel de la CGT, décidé de bloquer l'entreprise toute la journée afin de dénoncer leurs conditions de travail et défendre leur emploi The initiative thirty employees, who, at the call of the CGT, the company decided to block all day to denounce their working conditions and protect their jobs

« Il y a quelques années nous étions 110 salariés en CDI. "There are some years we were 110 permanent employees. Aujourd'hui, nous ne sommes que 88 » Le représentant des grévistes Today, we are only 88 "The representative of the strikers

« Parce que le carnet de commandes de l'entreprise est en baisse, on contraint une partie du personnel "Because the order book of the company is down, it forced some staff at a day-offs per week and for the next three months, says Alain Posé secretary of the works council. However, the state does not adequately compensate for the loss of earnings caused by forced layoffs "

 Main claim disgruntled "Developing a genuine political future for the site, in order to return to full employment," said the representative of the strikers who adds: "There are some years we were 110 permanent employees .. . Today our job is threatened! »"In addition, the departmental union CGT said that" the net profit of the group was (...) to € 752 million in the first half and the group has set aside € 50 million for restructuring in Eastern Europe West "Yesterday morning, fifteen employees not covered by this technical unemployment arose to work ... in vain, strikers preventing them from entering the business.

For its part, Gilles Vernet, the site director of Bussy-Saint-Georges, recalls that "partial implementation activity was implemented to compensate for declines in orders" and concerns including "trade and development services" . And bemoaning "a regrettable blocking site activity»

Thomas Poupeau Thomas Poupeau